Le “Protein Spiking”, un subterfuge industriel

Le “Protein Spiking”, un subterfuge industriel

Le « Protein Spiking » est une technique très répandue dans le marché du sport et pratiquée par un grand nombre de fabricants américains et européens de nutrition sportive. Elle vise à couper la protéine réelle par des acides aminés bon marché. Le but de cette technique est simple : abaisser les coûts de revient pour proposer toujours plus de protéines au prix le plus bas possible.

Le « Protein Spiking » également appelé “Amino-Spiking” ou “Nitrogen-Spiking” peut être traduit par : Piquage des protéines aux Acides Aminés. Cette pratique très répandue consiste à couper une protéine avec des acides aminés bon marché afin d’augmenter le taux de protéines totales d’un produit. Les acides aminés utilisés sont tous produits en Chine et sont fabriqués par synthèse chimique à partir de kératine provenant de cheveux humains, de fourrure, d’ongles ou encore de plumes d’oiseau.

Son objectif : Gagner de l’argent

Le but de cette technique est purement commercial. Cette technique consiste à abaisser les coûts de revient des produits finis en faisant appel à des substances très bon marché. Depuis les années 90, le cours des matières premières laitières n’ont cessés d’augmenter. Face à cette hausse, de nombreux fabricants ont trouvé le moyen de contourner cette problématique en mettant en place des subterfuges visant à amplifier les taux de protéines sur les emballages tout en réduisant les concentrations en protéines réelles de qualité.

Fonctionnement : Comment passe-t-elle inaperçue ?

Lorsqu’un laboratoire effectue des analyses pour déterminer le taux de protéines d’un produit, il mesure simplement la quantité d’azote libérée sans distinction entre les acides aminés d’une chaîne protéique et les acides aminés libres. Les méthodes de dosage en protéines ne détectent pas la différence qui passe totalement inaperçue.

Prenons un exemple parlant : 

Il suffit pour un fabricant de couper 15g de Whey avec 25g d’acides aminés bon marché pour obtenir au final une concentration record de 40g de protéines par dose fièrement affichés sur l’emballage.

Outils de piquage : Acides aminés bon marché

La plupart des acides aminés disponible sur le marché sont produits en Chine. Ils sont essentiellement synthétisés à partir d’une protéine très bas de gamme, la kératine qui provient de source assez surprenantes comme des cheveux humains, de la fourrure ou encore des plumes d’oiseaux ou d’ongles.

Les acides aminés les plus utilisés dans la technique sont la glutamine, la glycine, la taurine ou encore la créatine et les BCAAs. Ce sont strictement des additifs visant à amplifier le taux de protéines total sans apporter de fonctions supplémentaires à la formule. Leur rôle n’est donc pas métabolique mais purement économique !

Comment repérer la ruse ?

C’est assez simple, pour repérer la ruse il suffit de bien lire les étiquettes à la recherche d’éléments suspects. Les fabricants certifiés ont en effet pour obligation de notifier tous les ingrédients qui composent leurs produits sur leurs emballages.

  1. Le pourcentage en whey protéine doit être signalée dans la liste des ingrédients. C’est un signe de transparence car à partir de cette concentration, il est possible de déterminer par simple calcul le dosage réel en protéines.
  2.  La présence d’ingrédients azotés tels que des acides aminés libres (glycine, leucine, taurine, créatine, glutamine…) ou des enzymes digestives (protéases, amylases…) indiquent que la Whey a été coupée par Spiking. Ces substances ont été ajoutées strictement pour répondre à un besoin commercial et en aucun cas pour apporter une fonction supplémentaire au mélange.

 

Ajouter un commentaire