Naturel VS Stéroïdes

Naturel VS Stéroïdes

Que les choses soient claires et limpides, la quasi totalité des bodybuildeurs sont dopés aux hormones. C’est la face cachée du bodybuilding gardée secrète au grand public. Les protéines et autres compléments alimentaires ne servent que de masque aux pratiquants et fabricants pour dissimuler et détourner les regards de la réalité. Bienvenue dans le coté obscure du culturisme !

Le culturisme est l’activité physique la plus contaminée entre toutes par les produits dopants. Dopage et bodybuilding sont intimement liés et personne ne peut nier cette vérité. Le culturisme vise à développer un maximum sa musculature mais la physiologie du corps humain a ses limites. L’utilisation d’hormones analogues brise toutes ses barrières pour permettre une hypertrophie et une croissance musculaires quasi illimitées.

Après l’envers du décor, nous allons véritablement entrer dans le décor. L’arsenal des bodybuildeurs est une véritable pharmacie : hormones stéroïdiennes, hormones de croissance, hormones thyroïdiennes ainsi que toutes sortes de médicaments tous détournés de leur usage et utilisés hors indication médicale. Le bodybuilding classique est en sens une véritable manipulation de la chimie hormonale complexe du corps humain. Si vous pensez que c’est la magie des protéines qui est responsable de tout cela alors vous vous trompez. Le secret est dans la chimie !

En médecine, les médicaments sont utilisés pour traiter des pathologies mais dans le culturisme, ils sont utilisés pour en provoquer.

Réduire le culturisme à un mesquin aspect chimique serait fort dommageable. Heureusement, il existe dans la sphère du bodybuilding des athlètes « propres » qui méritent tout notre soutien et notre respect !  Ce sont eux qui donnent au culturisme toutes ses lettres de noblesse. Cette discipline demande rigueur et patience au prix de très nombreux sacrifices. C’est dans ce cas bien précis de la voie naturelle que l’expression « un esprit sain dans un corps sain » prend tout son sens. En effet, un physique harmonieux et équilibré est le reflet d’une bonne santé intérieure et cela les sportifs sains l’ont bien compris. 

Développer sa musculature n’est pas une chose aisée. On n’obtient pas un physique de rêve simplement en s’amusant en salle. C’est un processus anabolique long et fastidieux qui nécessite d’adhérer totalement aux principes et aux codes. Il faut maîtriser toutes les subtilités d’une préparation physique réussie dans laquelle la musculation occupe une place centrale en l’adoptant comme un véritable style de vie. C’est une alternance perpétuelle entre Entraînements et Nutrition selon un Ratio de 50/50 pour assurer une progression continue et alimenter constamment l’équation Destruction/Reconstruction. Les entraînements visent à léser le tissu musculaire de manière plus ou moins ciblée et la nutrition permet sa réparation en apportant les substances nutritionnelles nécessaires à une bonne reconstruction. 

 

Ci-dessus les 2 pyramides du bodybuilding naturel élaborées par Eric Helms. Ces pyramides définissent les bases d’une préparation musculaire parfaitement optimisée que nous verrons plus en détails dans un nouvel article.

Vous l’avez donc bien compris ! En culturisme, il y 2 voies : la voie naturelle et la voie hormonale. Si vous choisissez la musculation comme activité physique principale alors optez pour la voie naturelle, celle de la santé, de la vie et des vrais sacrifices !

 

  Culturisme Naturel Culturisme Hormonal
Visée Athlétique Esthétique
Choix Santé/Vie Maladie/Mort
Développement Musculaire Limité Illimité
Préparation Physique 50% Entrainement / 50% Nutrition 90% Hormones / 10% (Entrainement + Nutrition)
Fédération Tests Anti-dopage stricts : sanguins, urinaires et tests de vérité* Absence de Tests Anti-dopage

*Parmi les tests anti-dopage effectués, le test de vérité ou polygraphe reste le moyen le plus efficace pour déterminer si un athlète est dopé ou non. La limite des tests sanguins et urinaires provient du fait qu’un bodybuildeur utilise les produits dopants à distance des compétitions. Les substances ne peuvent être donc détectées qu’au moment des prises médicamenteuses, ce qui est tout à fait improbable en culturisme. 

Ajouter un commentaire