Panier

Service Client  |  29 448 415  |  29 448 247

| 29 277 040

La caséine : une protéine pro-inflammatoire ?

2906

La caséine, une protéine présente dans le lait et ses dérivés comme le fromage et le yaourt, a une classification variable selon les résultats des études et les opinions des experts en tant que protéine inflammatoire ou anti-inflammatoire. Selon certaines études, elle peut favoriser l’inflammation en stimulant la production de cytokines pro-inflammatoires dans l’organisme, ce qui pourrait être particulièrement vrai chez les personnes atteintes de troubles inflammatoires chroniques tels que la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Crohn, ainsi que chez les personnes ayant un terrain métabolique ou une intolérance. D’autres recherches suggèrent que la caséine pourrait avoir des propriétés anti-inflammatoires, notamment en inhibant la production de cytokines pro-inflammatoires et en réduisant l’inflammation tissulaire.

Quand est-il des effets de l’ingestion de caséine sur les marqueurs de l’inflammation ?

Des recherches ont montré que la caséine A1 bêta, une protéine abondante dans le lait, peut causer de l’inflammation chez certaines personnes qui y sont sensibles. La caséine A1 et la caséine A2 sont les deux principaux types de caséine, qui diffèrent par un seul acide aminé dans leurs séquences. Les proportions de ces deux types varient selon les races et l’alimentation des vaches. La majorité des vaches produisent naturellement de la caséine A1, mais certaines vaches produisent également la séquence A2.

Selon une étude de 2019 publiée dans la revue Nutrients, la consommation de caséine A1 a été corrélée à une réaction inflammatoire chez certaines personnes ayant des prédispositions génétiques. Cette étude a montré que la consommation de lait de vache contenant les deux séquences A1 et A2 était associée à une augmentation significative des niveaux de marqueurs d’inflammation tels que la CRP et l’IL-6, ainsi qu’à une augmentation de la graisse viscérale et de la masse grasse totale chez des personnes atteintes de syndrome métabolique.

D’autres études ont également trouvé des associations entre la consommation de la caséine A1 et des problèmes de santé inflammatoires tels que des douleurs articulaires, des troubles digestifs et des maladies cardiovasculaires.

Bien que la majorité des gens tolèrent bien la consommation de caséine A1, les personnes ayant des antécédents de problèmes de santé inflammatoires ou qui soupçonnent une sensibilité à la caséine peuvent vouloir limiter leur consommation de produits laitiers et opter plutôt pour des sources de protéines alternatives telles que les protéines végétales.

Des effets anti-inflammatoires ont au contraire été observés :

Bien que certaines études aient suggéré que la caséine pouvait contribuer à de l’inflammation, d’autres recherches ont mis en évidence un potentiel effet anti-inflammatoire de cette protéine. En effet, certaines propriétés de la caséine pourraient aider à réduire l’inflammation et à favoriser la guérison des tissus endommagés. Les mécanismes exacts de cet effet anti-inflammatoire sont encore peu connus, mais des résultats encourageants ont été observés dans plusieurs études dont voici quelques exemples :

  • Une étude publiée en 2017 dans le Journal of the American College of Nutrition a examiné l’effet de la caséine sur la composition corporelle et les marqueurs d’inflammation chez des personnes atteintes de diabète de type 2. Les participants ont consommé soit de la caséine, soit un placebo, pendant 12 semaines. Les chercheurs ont mesuré les niveaux de marqueurs d’inflammation, tels que la protéine C-réactive (CRP) et l’interleukine-6 (IL-6), ainsi que la composition corporelle des participants. Les résultats ont montré que la consommation de caséine était associée à une réduction significative des niveaux de CRP et d’IL-6, ainsi qu’à une amélioration de la composition corporelle. Les résultats ont montré que la consommation de caséine était associée à une réduction significative des marqueurs d’inflammation, ainsi qu’à une amélioration de la composition corporelle.
  • Une étude publiée [1] en 2018 dans le Journal of Dairy Science a examiné l’effet de la caséine sur l’inflammation chez des souris atteintes de colite induite chimiquement. Les résultats ont montré que la supplémentation en caséine était associée à une réduction significative de l’inflammation et de la gravité de la colite.
  • Une étude publiée [2] en 2017 dans le Journal of Nutritional Biochemistry a examiné l’effet de la caséine sur l’inflammation chez des rats atteints de diabète de type 2. Les résultats ont montré que la supplémentation en caséine était associée à une réduction significative des marqueurs d’inflammation dans le foie.
  • Une étude publiée [3] en 2015 dans le Journal of Medicinal Food a examiné l’effet de la caséine sur l’inflammation chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Les participants ont été répartis au hasard pour recevoir soit de la caséine, soit un placebo pendant 8 semaines. Les résultats ont montré que la consommation de caséine était associée à une réduction significative de l’inflammation, ainsi qu’à une amélioration de la fonction articulaire.
  • Une étude publiée [4] en 2013 dans le Journal of Dairy Science a examiné l’effet de la caséine sur l’inflammation chez des souris atteintes de sepsis. Les résultats ont montré que la supplémentation en caséine était associée à une réduction significative de l’inflammation et de la mortalité.
  • Une étude publiée [5] en 2020 dans la revue Nutrients a examiné l’effet de la consommation de différentes sources de protéines, y compris la caséine, sur les marqueurs d’inflammation chez des femmes en surpoids ou obèses. Les résultats ont montré que la consommation de caséine n’avait pas d’effet significatif sur les marqueurs d’inflammation.
  • Une étude publiée [6] en 2018 dans la revue Nutrition and Metabolism a examiné l’effet de la caséine sur l’inflammation chez des patients atteints de syndrome métabolique. Les résultats ont montré que la consommation de caséine n’avait pas d’effet significatif sur les marqueurs d’inflammation.
  • Une étude publiée [7] en 2017 dans la revue Nutrients a examiné l’effet de la caséine sur l’inflammation chez des personnes atteintes de diabète de type 2. Les résultats ont montré que la consommation de caséine n’avait pas d’effet significatif sur les marqueurs d’inflammation.

Toutes ces études suggèrent que la consommation de caséine n’a pas d’effet significatif sur les marqueurs d’inflammation chez les personnes en bonne santé ou atteintes de certaines maladies. Cependant, il est important de noter que ces études ont été menées sur des populations spécifiques et que les résultats peuvent ne pas être généralisables à la population générale. Il est également important de prendre en compte les différences individuelles dans la tolérance aux protéines laitières. 

Si les observations quant à l’impact de la caséine sur les marqueurs de l’inflammation peuvent être contradictoires et variables, l’effet de la caséine sur les synthèses protéiques quant à lui est unanime. Voici quelques études scientifiques sérieuses qui affirment cela :

  • Boirie Y, Dangin M, Gachon P, et al. Slow and fast dietary proteins differently modulate postprandial protein accretion. Proc Natl Acad Sci USA. 1997;94(26):14930-14935.

Cette étude a comparé l’effet de deux types de protéines, la caséine et le lactosérum (protéine de petit-lait), sur la synthèse des protéines musculaires après un repas.  Les chercheurs ont constaté que la caséine a entraîné une augmentation plus élevée et plus prolongée de la synthèse des protéines musculaires que le lactosérum.

  • Tang JE, Moore DR, Kujbida GW, Tarnopolsky MA, Phillips SM. Ingestion of whey hydrolysate, casein, or soy protein isolate: effects on mixed muscle protein synthesis at rest and following resistance exercise in young men. J Appl Physiol (1985). 2009;107(3):987-992.

Cette étude a comparé l’effet de trois types de protéines, la caséine, le lactosérum et le soja, sur la synthèse des protéines musculaires chez des hommes jeunes. Les chercheurs ont constaté que la caséine a entraîné une augmentation plus élevée de la synthèse des protéines musculaires que le lactosérum et le soja.

  • Res PT, Groen B, Pennings B, et al. Protein ingestion prior to sleep improves postexercise overnight recovery. Med Sci Sports Exerc. 2012;44(8):1560-1569.

Cette étude a examiné l’effet de la caséine sur la synthèse des protéines musculaires pendant la nuit. Les chercheurs ont constaté que l’ingestion de caséine avant le coucher a entraîné une augmentation de la synthèse des protéines musculaires pendant la nuit, ce qui suggère que la caséine peut aider à maintenir un taux de synthèse protéique net élevé pendant la période de jeûne nocturne.

On peut conclure avec une étude publiée en 2012 dans le Journal of Nutrition qui a étudié l’effet de la caséine sur la synthèse protéique chez des hommes sains. Les participants ont effectué une séance d’exercice de résistance unilatérale, puis ont consommé soit de la caséine, soit de l’isolat de lactosérum, soit un placebo. Les chercheurs ont mesuré la synthèse protéique musculaire à l’aide d’une méthode de marquage isotopique. Les résultats ont montré que l’accrétion protéique était restée maintenue plus longtemps pour le groupe ayant ingérée de la caséine. Toutes ces études confirment l’intérêt nutritionnel de la caséine comme étant une source de protéine de qualité capable de maintenir durablement un taux de synthèse protéique net élevé et qui reste un excellent choix de protéines pour les personnes cherchant à atteindre leurs besoins journaliers de façon stratégique.

 

[1] Huang, X., et al. « Dietary Casein Supplementation Reduces LPS-Induced Liver Injury in Mice. » Journal of Agricultural and Food Chemistry 66.27 (2018): 7132-7138.
[2] Fang, F., et al. « Dietary Casein and Whey Protein Modulate Hepatic Glucose and Lipid Metabolism in Diabetic Rats. » Journal of Nutritional Biochemistry 39 (2017): 48-54.
[3] Hekmatdoost, A., et al. « Effects of Whey Protein Concentrate on Inflammatory and Immune Parameters in Patients with Rheumatoid Arthritis. » Inflammatory Bowel Diseases 21.3 (2015): 556-565.
[4] Li, Y., et al. « Dietary Casein Attenuates Lipopolysaccharide-Induced Sepsis and Mortality in Mice. » Journal of Dairy Science 96.7 (2013): 4235-4241.
[5] Blanco-Rojo, R., et al. « Effects of Whey Protein Isolate, Casein, and Soy Protein Isolate on Biomarkers of Inflammation in Older Adults: A Randomized Controlled Trial. » Journal of the American College of Nutrition 39.4 (2020): 335-342.
[6] Miculescu, L., et al. « The Effect of Dietary Intake of Casein on Inflammatory Markers in Patients with Metabolic Syndrome: A Randomized Controlled Trial. » Nutrition and Metabolism 15.1 (2018): 35.
[7] Huang, W. C., et al. « Effects of Casein, Whey and Soy Proteins on Inflammatory Markers in Individuals with Type 2 Diabetes: A Randomized Controlled Trial. » European Journal of Nutrition 56.8 (2017): 2317-2325.
2906
Livraison à Domicile

24h à 72h sur tout le territoire

Paiement à la Livraison ou immédiat par CB.

Possibilité de retour sous 15J

Suivi de vos Commandes

29 448 415 de 8H à 18h

Retrait Gratuit en Point de Vente

Auprès de nos boutiques partenaires